Paroles de vignerons - Vinparleur - Winzer talk

Le vin : bon pour le cerveau et les reins

Par Véronique Molénat pour LaNutrition.fr, le 19/10/2006

29 octobre 2009

Le resvératrol ? Souvenez-vous du fameux « French Paradox » selon lequel les Français souffrent moins de maladies cardio-vasculaires que les anglo-saxons. Et ceci malgré une alimentation riche en graisse. Les études scientifiques avaient montré que cette molécule du raisin pouvait expliquer le mystérieux paradoxe. Et ceci grâce à ses propriétés anti-inflammatoires, anti-oxydantes, anti-prolifératives et à sa capacité à lutter efficacement contre les processus de vieillissement.

Le docteur Lu et ses collaborateurs ont voulu savoir si le resvératrol en avait aussi sur la perte neuronale consécutive à une ischémie, c’est-à-dire lorsqu’un tissu cesse d’être irrigué par le sang. Pour cela, ils ont divisé 60 rats mâles adultes et anesthésiés en trois groupes : les 20 rats du premier groupe ont subi une opération chirurgicale factice, les seconds une ischémie cérébrale et les troisièmes une ischémie cérébrale accompagnée de l’administration de resvératrol.

Résultat : les rats qui ont subi une ischémie sans resveratol montrent un niveau très élevé de radicaux libres. Une seule dose de resvératrol provoque une baisse significative des taux de radicaux libres toxiques en même temps qu’il induit l’augmentation du flux sanguin cérébral et la diminution de la perte neuronale.

Dans une deuxième étude, l’équipe de scientifiques a cherché à mesurer l’effet non plus du resvératrol mais du vin rouge sur le stress oxydatif provoqué par un régime alimentaire riche en cholestérol. Pour cela, ils ont comparé deux groupes de rats : l’un nourri avec des aliments riches en cholestérol accompagnés de vin, l’autre sans vin.

Après 4 semaines, les chercheurs ont constaté que le stress oxydatif dans le cerveau, le rein et les globules rouges des rats qui ont eu du vin était beaucoup plus faible que dans celui de ceux qui n’en n’ont pas eu. Le vin rouge a également eu pour effet d’augmenter les taux de deux enzymes anti-oxydantes importantes de l’organisme.

Ces résultats confirment que le vin rouge joue un rôle protecteur des reins et des neurones. Mais avant de se précipiter sur la bouteille, il faudra attendre les essais sur l’homme.

Article de référence :
Lu KT, Chlou RY, Chen LG, Chen MH, Tseng WT, Hsieh HT, Yang YL. Neuroprotective effects of resveratrol on cerebral ischemia-induced neuron loss mediated by free radical scavenging and cerebral blood flow elevation. J Agric Food Chem. 2006 Apr 19 ;54(8):3126-31.



Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?


Champagne J.Vignier


Pierre Cros


Parler vin avec les mains


Le Clos l’Abbé


Santa Duc


Champagne Paul Lebrun


Château du Cèdre





   

Agenda

Chargement de l'Agenda...

| Mentions légales | Suivre la vie du site RSS