Paroles de vignerons - Vinparleur - Winzer talk

L’histoire du Château du Cèdre à Cahors

5 avril 2011, par Sebastian Nickel

Les chemins qui ont amené Pascal Verhaeghe à la vigne sont quelque peu tourmentés. D’abord des études de physique et de mathématiques, une passion pour la moto, puis une simple halte chez un ami viticulteur en Bourgogne qui change tout. Quelques heures de visite deviennent quelques jours de vendanges, puis Pascal repart avec sa moto ET une nouvelle passion : la vigne et le vin.

Chateau du Cedre CahorsSuivent des études d’œnologie à Macon-Davayé, des expériences en Bourgogne et dans la Napa Valley, avant qu’il ne reprenne, dans les années ’88-’89, la propriété viticole familiale avec son frère Jean-Marc, lui-même jeune diplômé d’œnologie, fort d’une belle expérience à la Tour Blanche dans le Sauternais.

Dès le début, Jean-Marc s’occupe de la vigne et Pascal de la vinification, de l’élevage et de la commercialisation. Un esprit de connivence et une réelle convergence de points de vue sont à la base de leur projet en commun.
Après un début difficile avec de forts dégâts dans le vignoble causés par la grêle la première année, les deux frères remettent tout en question, notamment leur travail à la vigne.

« Il fallait valoriser le terroir et baisser les rendements. Il y a une dimension immatérielle, la vigne offre toujours plus que ce qu’on lui a donné. »
Depuis plusieurs années, ce changement leur donne raison. En cherchant une valorisation du terroir, tout comme l’intégration du vignoble dans son environnement, les vignes ont gagné en équilibre et leurs raisins, en qualité et en saveur. Une harmonie qui s’est rapidement retrouvée dans leur vins.

Chateau du Cedre CahorsLe vignoble du Château du Cèdre se situe sur deux terroirs assez différents. L’un, du type « argilo-calcaire » et très pierreux, exposé sud-ouest, produit des vins avec des tannins très fins, droits et longs. L’autre, mélange de galets et de sables ferrugineux sur une couche d’argile et de silice, donne des vins plus puissants et capiteux.

Mais pour les deux frères, le terroir s’étend bien au-delà des seuls sols de leurs vignes, intégrant aussi bien les bois avoisinants et le « double climat » de leur région.
« Les chênes et les genévriers environnants les cônes d’éboulis teintent nos vins d’arômes de genièvres, d’eucalyptus qui apparaissent surtout en fin de fermentation. »

« A distance égale de l’Océan Atlantique, des Pyrénées et de la Méditerranée, notre climat est double : océanique jusqu’en juin, il tourne méditerranéen dès le mois de juillet. (…) Nos raisins arrivent à maturité dans de bonnes conditions sanitaires et nos vignes ne souffrent pas de sècheresse. »

« Un grand terroir mérite beaucoup de respect »

Chateau du Cedre CahorsC’est pour cela, que le travail du sol au Château du Cèdre est entièrement mécanique. L’utilisation de désherbants y est proscrite depuis longtemps, la taille adaptée au terroir et au climat est courte (en guyot simple), sept à huit bourgeons sont laissés, les vignes sont régulièrement effeuillées à l’approche des vendanges et certaines années des vendanges en vert sont effectuées afin de contrôler les rendements pied par pied. La période des vendanges est courte et commence à maturité optimale.



Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?


Pierre Cros


Parler vin avec les mains


Château du Cèdre


Santa Duc


Champagne J.Vignier


Le Clos l’Abbé


Champagne Paul Lebrun





   

Agenda

Chargement de l'Agenda...

| Mentions légales | Suivre la vie du site RSS