Paroles de vignerons - Vinparleur - Winzer talk

À chaque goût sa pastille – Dégustation virtuelle à la SAQ

30 août 2012, par Sebastian Nickel
C’est pendant une de mes nombreuses balades plus ou moins hasardeuses sur le WWW, que j’ai atterrie sur le site de la SAQ, la Société des Alcools du Québec. Rapidement j’y ai retrouvé les pastilles de goût, mises en place il y environ deux ou trois ans. À quoi servent-elles ?

« Pour guider vos choix, la SAQ a mis en place un nouvel outil : huit pastilles de goût de couleurs différentes. Plus de 1 000 vins vendus en succursale et en ligne sont classés sous ces huit ronds colorés : quatre pour les rouges et quatre pour les blancs. Retrouvez vos vins préférés et découvrez-en de nouveaux. C’est facile avec les pastilles de goût ! »

Pas bête, je me dis, et rapidement, je me laisse prendre au jeu. Le sommelier ou conseiller se présente aussitôt dans un questionnaire vidéo et me propose, plutôt sérieusement, le sourire un peu crispé, de découvrir la pastille de goût qui me correspond.

Allons-y, d’abord les blancs.
Mais, à la première question, j’ai déjà un problème :
Préférez-vous les vins blancs secs ou doux, c’est à dire sucrés ?
Ben, ça dépend, ai-je envie de répondre, ça dépend de mon humeur, de l’occasion, du plat qui accompagnera ce vin, de la saison… et je décide donc de remplacer mon « ça dépend » par le « ne sais pas » que l’on me propose. Puis je fais pareil pour les autres questions concernant mes préférences pour les arômes fruités, minéraux, boisés ou épicés, et pour l’expression de l’acidité et du moelleux du vin. Pas très sport, je sais, mais je suis curieux du résultat.
C’est plutôt surprenant. Le sommelier revient à l’écran et me suggère de passer dans une succursale, car plusieurs pastilles différentes et donc plusieurs vins pourraient correspondre à mon goût. Bravo, c’est une réponse très diplomatique, qui me donne en plus l’impression d’être plutôt connaisseur que dilettante indécis.

Pastille du gout SAQ - VinParleurJe refais le test, et maintenant sérieusement.
Vin blanc : sec, complexe, minéral, avec une acidité bien présente, avec une texture grasse, et aujourd’hui je suis d’humeur à préférer le Chardonnay au Sauvignon et Muscadet…
Le résultat : je suis une pastille bleu, aromatique et ronde. Oui d’accord, mais… ma minéralité et mon acidité bien présente ? Ils sont passés où.

Alors, je refais le test, encore une fois, sérieusement.
Vin blanc : sec, complexe, minéral, avec une acidité bien présente, avec une texture grasse, et cette fois ci, je préfère le Sauvignon au Chardonnay et au Muscadet…
Le résultat, je suis devenu une pastille jaune, fruité et vive...

Pastille du gout SAQ - VinParleurVous pensez comme moi ? Allez, on y retourne !
Vin blanc : sec, complexe, minéral, avec une acidité bien présente, avec une texture grasse, et j’ai une nette préférence pour le Muscadet…
Et par miracle, je deviens une pastille verte, délicate et légère.
Je vous épargne le reste, car vous imaginez, que j’ai refait le test plus d’une fois et que même avec une préférence pour les vins blancs, secs, aromatiquement simples, avec une acidité discrète, une texture mince et issus du cépage Chardonnay, je suis devenu une pastille bleu avec une préférence pour les vins aromatiques et ronds…

Le choix du cépage semble donc dominer le résultat des tests. Pourquoi pas ? C’est une approche assez anglo-saxonne au vin et à son goût, mais l’importance du cépage dans le goût du vin est incontestable. Est ce qu’il n’y pas aujourd’hui une sorte de prise de conscience parmi les AOP français, qu’il est utile de parler cépage ET terroir aux consommateurs du monde pour faire comprendre leurs vins ? (Oui, on cultive du Malbec à Cahors !)
Parce que heureusement pour nous tous, il y a une multitude de facteurs qui interviennent sur le résultat final : le sol, le climat, l’environnement - bref, le terroir, puis la maturité, la vinification, l’élevage – ou simplement les choix du vigneron ou du vinificateur.
Et c’est pour ça que, hormis le fait qu’il y certainement des points communs trouvables entre certains vins, la formule Chardonnay + Chardonnay = Chardonnay est assez loin de la vérité. Et c’est évidemment la même chose pour tous les autres cépages.

Le Chardonnay « aromatique et rond » correspond donc plutôt à un certain style de vin, une certaine image gustative, que l’on associe souvent à ce cépage, mais qui est loin d’être sa seule façon de s’exprimer.

Une conclusion ?
D’une part, ces pastilles mises en place sur le site de la SAQ sont certainement un bon moyen d’apporter de la couleur dans la tristesse stérile des achats de vins sur internet. Car c’est assez divertissant et moins encombrant qu’une bonne quantité de descriptions de vins que l’on puisse trouver à droite et à gauche sur le WWW.

D’autre part, ce système permet aux gens indécis ou peu connaisseurs du monde du vin avec ses origines, cépages et appellations différents de s’approcher du vin d’une façon ludique, de se poser des questions sur leur préférences gustatives et de trouver quelques bouteilles correspondantes à leurs goûts…
Il n’en reste pas moins qu’en donnant raison au cépage, le système d’évaluation manque de précision dans l’interprétation de réponses.
Pour ma part, je préfère donc revenir au résultat de mon premier test, sans pastille, et de passer à la boutique ou dans une cave pour acheter mes vin. Il ne me reste plus qu’à prendre un billet d’avion pour le Quebec...



Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?


Le Clos l’Abbé


Pierre Cros


Château du Cèdre


Santa Duc


Parler vin avec les mains


Champagne J.Vignier


Champagne Paul Lebrun





   

Agenda

Chargement de l'Agenda...

| Mentions légales | Suivre la vie du site RSS